Rechercher dans ce blog

Cliquez sur les photos pour les agrandir


lundi 12 octobre 2009

Bangkok

Déjà une semaine qu'on est partis. Il a fallu quatre jours pour qu'on se remette du décalage. Les premiers jours, on se réveillait tous à 4h30 du mat. Il faut dire que les coqs du monastère, à côté de notre hôtel, étaient particulièrement matinaux, ce qui n'aidait pas. Le vacarme que faisait notre climatiseur n'était pas non plus propice au sommeil... Ça nous a permis de découvrir notre quartier tôt le matin, avant qu'il ne soit envahi par les touristes, quand les gens de la place commencent leur journée, que les moines en grandes robes jaunes or font leur tournée pour demander l'aumône ou des dons de nourriture.

Nos coups de coeur jusqu'à maintenant:

*Manger sur le trottoir, dans les kiosques de nourriture; des soupes, des nouilles, du riz, des grillades... tout est bon! Comme c'est souvent épicé, on se doit d'arroser le tout d'une grosse bière Chang achetée au dépanneur à côté. On s'en tire généralement pour 4 ou 5$ pour toute la famille. Mais il faut accepter des visiteurs occasionnels: coquerelle sur la table, chien errant à nos pieds, rat qui se faufile dans un coin...

*Une balade en tuk-tuk, dans les rues encombrées de Bangkok. Un tuk-tuk est une machine à trois roues, qui roule à l'aide d'un moteur de tondeuse – ou du moins on le croirait, à entendre le vacarme qu'il mène. Il est doté d'un toit de toile, mais pas de portes; il faut bien s'agripper dans les virages. Le chauffeur est à l'avant, et il y a un banc qui peut recevoir trois adultes à l'arrière – ce qui n'empêche pas les Thaïlandais de s'y entasser à 6 ou 7, ou encore de le paqueter de marchandises jusqu'au plafond. La plupart des tuk-tuk sont décorés de couleurs vives. Il faut négocier le prix de la course à l'avance, ce qui n'est pas évident quand on ne connait pas encore très bien la ville et les tarifs. On a déjà payé 10 bahts (30 cents), 50 bahts (1,60$) et 120 bahts (4$) pour des trajets, sans trop savoir pourquoi une course était moins chère qu'une autre. Mais aux heures de grande circulation, mieux vaut éviter le tuk-tuk, parce que la pollution est terrible dans les bouchons.

*Les mini-temples bouddhistes, dressés partout dans la ville, devant des commerces, des maisons, au coin des rues. On les appelle phra phuum, les « maisons des esprits ». Ils ont habituellement un ou deux pieds de haut, sont dressés sur un piédestal et décorés de fleurs et de dorures. À l'intérieur sont placées de petites figurines. Les esprits qui y habitent sont censés apporter la bonne fortune. De la nourriture et des boissons sont offertes en offrande pour faire plaisir aux esprits. Mais je crois que ces offrandes font plutôt le bonheur des rats, qui s'en régalent...



Un rat s'empiffrant dans un bol de riz laissé en offrande aux esprits.


Balade en tuk-tuk.



Un tuk-tuk, selon Marianne.


Je ne sais pas si c'est sacrilège, mais les filles (ici, Émilie) s'amusent beaucoup avec les petites figurines laissées autour des mini-temples. 


6 commentaires:

  1. Bonjour Isabelle,
    Je suis tombée sur ton blogue en lisant celui de mon amie Marie-Julie (marieju.com). Tout comme toi, j'ai une grande passion pour les voyages que je continue d'entretenir avec mes enfants. Je suis restée très surprise quand j,ai vu le "post" hommage à ton frère Bertrand car j'ai alors réalisé que tu étais LA Isabelle Ducas de St-Pacome. Je m'appelle Julie Tardif, peut-être te souviens-tu de Michel et Marie-Josée mes frère et sœur? Le monde du web est défitivement petit. Le plus comique est que nous étions voisines à Montréal. Nous venons de vendre notre condo qui était situé au 7430 Chateaubriand. Si jamais vous êtes de passage à Dubai, vous serez les bienvenus chez nous. Voici l'adresse de notre blogue si vous souhaitez nous joindre. Bon trip! www.yanaetcieauxemirats.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  2. Quelle coïncidence. Bien sûr que je me souviens de toi, Et j'ai même interviewé Marie-Josée il y a deux ans pour un reportage dans Affaires Plus. Que faites-vous à Dubaï? Mon chum y est allé en reportage il y a quatre ans et il avait bien aimé. Peut-être y retournera-t-on un jour. J'ai lu que la crise frappe fort à Dubaï, est-ce qu'il y a encore de l'action quand même?
    Au plaisir!

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour
    je me doutais bien que l'aventure des tuk-tuksvous ferait une grosse impression; c'est tellement différent de ce que nous vivons ici. Est-ce que vous avez été "victimes" de la petite arnaque qui consiste à vous déposer chez un marchand d'habits ou de bijoux "because the temple or museum is closed today" ? Un classique à Bgk.
    Votre fille semble bien apprécier ce qu'elle voit. Vous photos sont bonnes.
    Je continue à vous suivre.

    RépondreSupprimer
  4. Ah, les tuk tuk de Bangkok.. j'en garde des souvenirs émus (et imprégnés de monoxyde de carbone).
    Un truc: j,avais toujours un foulard avec moi, que je nouais sur mon nez et ma bouche le temps du trajet.

    RépondreSupprimer
  5. Ah, les tuk tuk de Bangkok... J'en garde des souvenirs émus (et imprégnés de monoxyde de carbone).
    Un truc: j'avais toujours un petit foulard avec moi, et je le nouais sur mon nez et ma bouche le temps du trajet.
    Grosses bises et bonne continuation.
    Marie-Claude
    XXX

    RépondreSupprimer